HP-L et école

GoélanUn fonctionnement HP-Laminaire, donc stable et  fluide  (En savoir plus …) va « généralement » permettre à l’enfant de mener une scolarité de correcte à excellente.
Un profil laminaire n’est pas toujours synonyme de facilité et de capacité d’ajustement, l’enfant à  HP Laminaire peut aussi rencontrer des difficultés.
Il est donc essentiel de cibler les besoins au plus proche du fonctionnement de l’enfant afin de répondre de manière adéquate à ses difficultés.

Dans le cas d’un HP-L, il existe un risque réel de manque « de confiance en soi ».

Confiance en soi : Suis-je Capable ?

  • La confiance en soi est toujours une prédiction. Il ne s’agit pas d’une qualité innée, du résultat d’un « insight » ou d’un sentiment : « c’est la prédiction réaliste et ponctuelle qu’on a les ressources nécessaires pour faire face à un genre particulier de situation ». ( Garneau, 1999)
  • La confiance en soi représente donc :  combien  je me considère CAPABLE.

Il est très possible que la personne ne soit réellement pas capable d’affronter certaines situations au départ. Pour en venir à évaluer sa capacité, elle doit alors s’entraîner à développer celle-ci et ensuite, en faire l’expérience pour la constater.

Que l’on ne se sente pas en sécurité de faire quelque chose de nouveau, c’est tout-à-fait normal et sain… même chez un adulte mature ! Le sentiment de sécurité se développe avec l’expérience, c’est-à-dire que plus on expérimente, plus en développe ce sentiment de sécurité.

HP adaptable

Sait être conformiste
Sait endosser l’habit d’élève ….
S’en sort avec la moyenne…. mais n’est pas très heureux … voire franchement anxieux…

HP fluide

Sait être élève
Prend du plaisir a apprendre
A souvent un parcours scolaire de « haut niveau »

Un manque de confiance en soi sous une apparence de fluidité et d’adaptabilité peut mener à :

Confondre conformisme et sur-adaptabilité….

René Mucchielli définit le conformisme comme étant « l’attitude sociale qui consiste à se soumettre aux opinions, règles, normes, modèles qui représentent la mentalité collective ou le système des valeurs du groupe auquel on a adhéré, et à les faire siens ».

Si la personne à HP est sûre d’elle et a confiance en ses opinion, elle va pouvoir se « conformer » sans être passive; par contre si elle est peu sûre d’elle même, elle risque de se « soumettre » et de basculer dans la sur-adaptation.

Quels sont les ingrédients de la confiance en soi ?

Ils sont au nombre de cinq :

  • Une prédiction :  elle est le résultat des croyances de l’enfant, mais aussi de l’entourage. Dans le cadre du HP, l’enfant étant sensible et empathique, la projection de l’adulte va avoir de réelles répercussions sur la capacité de l’enfant à HP à prendre en compte ses capacités réelles.
  • Un réalisme :  la confiance n’est pas aveugle…..elle s’appuie sur les expériences déjà vécues. Nous avons naturellement tendance à nous inspirer des résultats obtenus par le passé pour prévoir ce qui nous attend….
  • Des ressources suffisantes : un nouvelle tâche implique une situation inconnue dont on ne peut connaitre le résultat à l’avance. Par contre le réalisme permet d’évaluer les ressources que l’on a à disposition et si les objectifs sont atteignables et si l’on va pouvoir se débrouiller de manière adéquate.
  • Domaine particulier : une prévision doit être « relativement précise » pour être réaliste, donc s’appliquer à un domaine particulier. La confiance en soi est  toujours spécifique même si elle semble générale vue de l’extérieur .
  • Temporaire : si je cesse de pratiquer dans un domaine, la confiance que j’ai développé peut s’atténuer, non dans ma capacité mais dans les résultats en découlant. Si je n’ai pas bossé mon voc allemand, même si j’ai l’expérience que l’étudier me réussit, sur ce coup là…. pas de miracle à l’arrivée!

A quoi sert la confiance en soi ?

Elle sert à développer un sentiment de sécurité suffisant pour oser faire des expériences, en s’impliquant activement dans celles-ci afin de pouvoir « la prendre ».  Derrière, il va être important d’évaluer comment les choses se sont passées afin de pouvoir nourrir sa confiance et de découvrir quels ont été les éléments qui ont permis que cela réussisse ou au contraire quels sont les schémas que je répète sans pour autant les corriger.
Elle sert à sortir des gestes maitrisés et connus et de s’ouvrir à une réelle variété.
Elle permet, au fil des expériences accumulées, de se connaitre de mieux en mieux, renforçant la capacité d’adaptation à toutes sortes de situation de vie, introduisant une grande diversité dans les champs d’exploration en créant de nouvelles solutions, y compris dans les domaines connus.

Agir sur « la confiance en soi de l’élève » dans le cadre scolaire

De le considérer pour ce qu’il est :

Le conformisme dans lequel l’élève à HP peut se lover va l’amener au fil des années à se sur-adapter. Ce comportement ouvre la voie à un réel manque de confiance en soi qui va entrainer un désinvestissement de la part de l’élève qui peut aller jusqu’à avoir honte d’être à HP.

D’être un apprenant actif et non passif :

Amener l’élève à prendre des risques, lui permettre de sortir d’un perfectionnisme « latent » en lui proposant un cadre qui l’amène à être créatif et « sortir du bois ». L’anxiété va empêcher l’élève à HP-L d’explorer, d’autant plus s’il a déjà « déduit » la matière scolaire.

De trouver la personne qui se cache derrière le rôle du bon élève

Permettre à l’élève de sortir du confort de sa situation « inconfortable » mais connue. L’amener à s’investir dans une analyse réaliste de ses attitudes et lui proposer d’en « déborder », d’en rire. Lui donner des « médians artistiques » afin qu’il puisse exprimer ses émotions et sensations.

D’exercer sa curiosité

Lui donner des moyens d’exercer sa curiosité tout en lui permettant d’être curieux de lui et de ses fonctionnements afin qu’il/elle en découvre les subtilités. Ne pas lui laisser le choix de ses choix.

D’être libéré

Rétif à tout « dépassement », c’est sa manière à lui de se sécuriser. Le libérer de son surinvestissement, c’est lui donner le choix d’apprendre son métier d’élève, sans pour autant que cela se fasse au détriment de son identité.

Faire la différence entre confiance et estime

Confiance : Capable

  • Je ne serai jamais capable
  • Je ne serai pas à la hauteur
  • Je n’ai pas assez de ressource pour essayer

Estime : Valable

  • Je ne vaux pas grand chose
  • Je ne me sens pas important
  • Je ne m’aime pas beaucoup

 

 

Enregistrer

Réalisation : Sur Mesure concept