Coin des tests

Des visions multiples qui toutes ont leur sens

blabla
Luc Olivier La Feuille

Bien que standardisés, « tous les tests d’intelligence appliqués à une même personne ne fourniront pas le même résultat, loin de là ».
Tout test est tributaire de son interprétation, « celle-ci s’appuie sur les connaissances du clinicien et sur ses capacités de raisonnement ».

Extrait de : L’examen clinique de l’intelligence de l’enfant (2009) J. Gregoire

Cela engendre un grand nombre de doutes quant à la valeur et à la fiabilité des outils utilisés ainsi qu’à leur utilité.

Tous les spécialistes s’accordent pour dire qu’un seul test de Qi est insuffisant pour déterminer si une personne est ou non à hauts potentiels au delà du « chiffre » final.

Etude : Psychométrie et WISC IV : quel avenir pour l’identification des enfants à haut potentiel intellectuel ?
M. Liratni, R. Pry

Alors en quoi des test peuvent-ils être utiles et lesquels faire ?

Avant toute chose, cela permet  :

  • De mettre des mots sur des ressentis
    • pour les parents, pour l’enfant, pour l’entourage
  •  De clarifier la situation
    • dédramatiser et faire une recherche en troubles associés
  •  Aux parents de s’affirmer face à leur ressentis
    • mettre du sens sur des comportements qui interrogent
  • De remettre chacun à sa place
    • donner les moyens à chacun d’agir dans sa sphère
  • De reconnaitre une situation pour ce qu’elle est
    • admettre la réalité du phénomène au-delà des apparences et des préjugés.

Un test est toujours une photo d’un instant donné ainsi que d’une relation. En ce sens, ils ont tous un sens.
La question se situe davantage au niveau de ce qui est recherché.

Qui et quoi reconnaitre

  • le phénomène ?

    • au niveau psychologique, neurologique, politique ?

Il nous paraît essentiel de s’ouvrir aux multiples aspects et dimensions de l’Univers des hauts potentiels.

  • les aptitudes ?

    • intellectuelles : raisonnement fluide, spatial, mémoire, jugement, méta-cognition…
    • créatives : ingéniosité, imagination, originalité, fluidité…
    • socio-affectives : perspicacité, communication, influences…
    • sensorimotrices : visuelles, auditives, olfactives…, force, endurance, réflexes, coordinations…

Dans ces contextes,tous les tests ont leur utilité.

Un bilan neuropsychologique doublé des tests en psychomotricité nous paraissent une bonne approche si l’on souhaite avoir une vision ouverte et complète de l’enfant.

Il n’existe pas d’intelligence spécifique qui serait liée à la précocité intellectuelle, mais des caractéristiques au niveau de son opérationnalisation

  • les attitudes ?

    • Le développement psychomoteur de l’enfant, son contexte de vie, son histoire de vie, sa place dans la fratrie, mais aussi
    • son besoin de réussite, de contrôle, sa capacité à faire face au stress, son niveau d’anxiété, ses stratégies d’apprentissage, et
    • le climat scolaire, la qualité de l’enseignement,l’environnement d’apprentissage.

Tous ces paramètres vont se coupler et faire un joyeux mélange.

  • l’enfant ?

    sur terre
    Croquis © Alberto Varanda

La résultante de tous ces éléments : Les aptitudes bien qu’ « autonomes » sont très clairement liées aux attitudes qui elles-mêmes découlent du sentiment de sécurité ou d’insécurité que ressent la personne à HP.

Réalisation : Sur Mesure concept